Le secteur de la literie face à la crise

Le secteur de la literie face à la crise

Le marché du mobilier domestique et du bureau en 2010 possède 11,6% de parts de marché, le meuble 35%, les canapés/fauteuils 25.2%, les meubles de cuisine 23.8%.

C’est donc le parent pauvre en terme de vente pour l’année 2010. Toutefois celui-ci croît au rythme de 1,99% depuis les années 2000. Tandis que la consommation des ménages en 2010 s’établissait à 1,114 MDS€.

Un secteur qui échappe à la crise

C’est le secteur qui subit le moins la crise. Ce sont les magasins du « jeune habitat » qui poussent le marché suivis de près par les magasins spécialisés. Avec 26 millions de ménages français dont 65% sont convaincus que leur literie doit être changée tous les 8 ans, il n’est pas étonnant que la consommation des ménages soit en hausse depuis 2004.

Une concurrence qui ne fait pas baisser le prix

Entre 2009 et 2010, de nouvelles enseignes et de nombreux points de vente se sont ouverts dans l’hexagone. Cette concurrence accrue sur ce secteur porteur n’a toutefois pas mené à une politique de prix trop agressive sur la literie.

Des innovations technologiques masquées par la pédagogie

Peu remarquées par les consommateurs, les nouveautés technologiques ont pourtant été présentes ces dernières années. Les dernières campagnes de communication menées conjointement par les industriels et les distributeurs ont permis d’améliorer la notoriété du produit literie. Toutefois l’APL (Association pour la Promotion de la Literie) avec sa campagne publicitaire, a su convaincre qu’une bonne literie est signe de bonne santé par des spots radio et télévisés.